logo fr

По умолчанию

Les articles

  • Conclure par une clé
    16 septembre 2007
    À l'avant-garde des disciplines majeures de combat et des Arts Martiaux, le Maître de l'école de Perm, Vladimir Khoudenkikh, a fusionné les meilleures techniques commando afin d'apprendre à réagir dans les conditions de l'affrontement réel. Dans le combat avec armes ou à mains nues.

     

    Le Combat Russe est une synthèse de tous les Arts Martiaux et méthodes de combat réunis afin d'en tirer la substantifique moëlle. Les techniques de corps à corps créées par Vladimir Khoudenkikh (entraîneur des Spetsnaz, les forces spéciales de l'armée russe), fusionnent en réalité le meilleur des Arts Martiaux, des boxes, luttes et sports de contact.

     

    Le Combat Russe repose sur une notion de liberté, d'intuition et d'intelligence du combat. Celle-ci passe par l'apprentissage de la variation et de l'adaptation car il faut savoir gérer l'imprévisibilité de son opposant. Sur le tatami, plusieurs fondamentaux sont ainsi déclinés en divers techniques, en fonction de la réaction de l'adversaire. Toutes les jointures du corps (des phalanges jusqu'au pelvis) sont constamment sollicitées. Le but n'est pas seulement de désarticuler l'adversaire par une soumission mais aussi de se désarticuler pour tromper sa vigilance et ses automatismes. Les articulations permettent en effet de jouer avec son centre de gravité ou de rendre ses mouvements moins prévisibles, plus élaborés et circulaires. L'intimidation ou la feinte s'appuieront considérablement sur cette mobilité articulaire. Démonstrations.

  • L'efficacité du Close Combat Russe avec l'Ecole de Perm
    24 février 2007

    Kombat # 19 Avril 2005, Yohann Vayriot

    Il s'appelle Vladimir Khoudenkikh, et il dirige la Fédération du Combat Russe de Perm. Né en 1965, Vladimir débute la pratique des arts martiaux en 1979 par le Sambo. Puis il entre dans l'armé où il découvre le Close-Combat. Plus tard, il pratique le Ju-jitsu, une discipline dont il devient ceinture noire 3e dan et lorsqu'il intègre les Forces Spéciales (l'équivalent du GIGN), il commence à créer une synthèse qui voit officiellement le jour en 2000. Le Combat Russe de Perm est avant-tout un système de Self-défense, mais il existe aussi une forme sportive qui se pratique avec des protections de Boxe et de Kick-boxing (gants, casque, protège-tibias, etc.). Du Sambo, Vladmir a conservé les chaussures spéciales, et du Ju-jitsu il a conservé le kimono traditionnel: bleu pour les élèves, noir pour le professeur. Vladimir a créé de ses propres mains le sigle de son style, sur lequel on voit apparaître un ours, qui est le symbole de la ville de Perm. Toujours officier actif dans les Forces Spéciales, Vladimir continue de faire évoluer son art et récemment, il s'est produit au Festival de Bercy pour assurer la popularisation de son école. Pour l'anecdote, il a créé des T-shirts écrits en français (et sans fautes) et dessiné lui-même la Tour Effeil car, précise-t-il, il n'avait aucune photo disponible dans son pays. 

  • Le Combat Russe, I’art du combat qui venait du froid
    24 février 2007

    Kombat Bushido # 16 octobre 2004, Frédéric Rousseau

    La Russie est à l'avant-garde de la révolution universelle qui secoue les Arts Martiaux. Les champions du Pride et l'actualité du Sambo sont là pour en témoigner. Autre témoignage tout aussi éloquent, le Combat Russe est un courant martial moderne organisé en Fédération. Et si les Spetsnaz s'y mettent nul besoin de vous dire que c'est efficace. Bravant la distance, les éléments et l'obtention du visa russe, Kombat est allé enquêter sur place.


  • Le Combat Russe
    21 février 2007

    KARATE BUSHIDO, MARS 2005

    Date de création : 1994
    Fondateur : Vladimir Khoudenkikh
    Art martial : Synthèse martiale aux influences hyper variées : Sambo, Ju-Jitsu, close-combat russe, Boxe anglaise, Kick-Boxing...
    Principales caractéristiques :
     L'école de Perm est vouée au réalisme et à l'efficience du combat, qu'il soit à mains nues ou pratiqué à l'arme blanche. Une vocation aussi bien sportive que professionnelle et militaire.
    Équipement : Aucune tenue imposée ; en fonction du passé de chacun. Le kimono reste néanmoins le plus répandu.
    Pratiquants : 5 000 environ en Russie, dans une quarantaine de clubs, essentiellement dans la région de Perm.